Tag Archives: chant

Mon beau sapin latin

Qui a osé dire que le latin était une langue morte ? Camille, ma jeune nièce, a appris ce chant joyeux. Heureux Noël à toutes et tous, humains de cette terre, où que vous soyez, quelle que soit la langue que vous parliez.Noel !

 

Leave a Comment

Filed under son

Le contre-ténor de la gare

Déjà assisté moulte fois au spectacle de ces pianistes de gare qui se régalent sur le piano mis à leur disposition par la SNCF. À Marseille, à Paris aussi. Mais écouter un chanteur d’opéra en plein récital, jamais. Gare de Montpellier Saint-Roch l’autre soir, ce fut un ravissement.

Leave a Comment

Filed under son

Elegguá a capella

Sous le charme de ces quatre Cubaines du quatuor Sexto Sentido. Chantent ensemble depuis quinze ans. Assises en tailleur, elles lancent une ode à Elegguá, une orisha, être d’essence divine représentant les forces de la nature. Découvert cette merveille grâce à La Nuit, la revue digitale à laquelle je m’adonne chaque semaine. Pour faire pareil, faut s’abonner.

Leave a Comment

Filed under son

Le temps des cigales

Il paraît que le chant des cigales en énerve plus d’un. Soit. J’avoue que ce chant, moi, il me berce depuis l’enfance. Et il me plaît. Il me manque même lorsque je passe un peu trop de temps loin de mon sud natal. Ma grand-mère provençale me désignait les troncs où l’insecte se laissait aller à sa musique. Cette musique s’accorde avec les plaisirs multiples de l’été. Les grasse-matinées, les petits-déjeuners en terrasse, les promenades dans la pinède, le bain dans les calanques, les siestes après le rosé, les soirées prolongées jusqu’après le crépuscule. Vive le temps des cigales !

Letempsdecigales2

Leave a Comment

Filed under son

La voix de Maria Raducanu

Découvert cette merveille sur le blog Perles d’Orphée, de Lelius, que je vous donnais à entendre avant-hier. Là, c’est la sublime voix de la roumaine Maria Raducanu que j’ai envie de partager. Elle interprète Cristina. Enregistrée en Corse avec son quartet en février 2010. Douceur et sensibilité  extrèmes. Un cadeau dédié à mes deux filles, Zoé et Noémie, qui se sont retrouvées à Shanghai cette nuit et qui vont passer trois semaines ensemble, avant leur retour en France.

Leave a Comment

Filed under son

Le Chant des Marais résonne en Haute-Provence. Nie wieder faschismus !

Ce Chant des Marais est interprété par des élèves de 3ème du collège du Sacré-Cœur et du lycée Beau de Rochas de Digne-les-Bains, aux côtés des choristes de la Claire Fontaine. Cette aventure artistique et humaine correspond à un projet pédagogique « Mémoire et devenir » lancé à la rentrée 2013, à l’occasion du 70ème anniversaire des années 1944 et 1945, avec l’implication du Service des archives communales – et notamment de son responsable Rémi Garcin, très investi dans un travail de transmission de mémoire – et du Service culturel de la ville préfecture des Alpes de Haute-Provence.
Le Chant des Marais a été composé dès 1933 par quelques détenus politiques allemands du camp de Börgermoor, situé dans une région pauvre et marécageuse de Basse-Saxe, au Nord-ouest de l’Allemagne. Tout d’abord encouragé par les SS comme chant de travail, il a été ensuite interdit car reconnu comme subversif. Ce fut en fait l’un des premiers gestes de résistance aux nazis et il est devenu après la guerre l’hymne commémoratif de tous les anciens déportés, partout en Europe.
Après deux répétitions de travail début 2014, l’enregistrement du chant dans sa version française (harmonisée par César Geoffray), s’est déroulé durant 3 heures hier au centre culturel René Char. L’enregistrement va désormais être gravé sur CD par le technicien son du Service culturel, et il pourra être diffusé lors des cérémonies commémoratives, notamment la Journée Nationale de la Déportation.
Choristes adultes et adolescents se retrouveront une dernière fois le 27 mai prochain, Journée nationale de la Résistance. Ils chanteront ensemble le Chant des Marais dans 3 établissements scolaires dignois : le Sacré-Cœur, les lycées Alexandra David-Néel et Beau de Rochas.

Niewiederfascismus

Au mémorial de Börgermoor.

Nie wieder faschismus ! – Plus jamais le fascisme !

Le Chant des Marais

Loin dans l’infini s’étendent
Les grands prés marécageux
Pas un seul oiseau ne chante
Dans les arbres secs et creux

Refrain
O terre de détresse
Où nous devons sans cesse
Piocher, piocher ! (bis)

Bruits de chaînes, bruits des armes
Sentinelles jour et nuit
Des cris, des pleurs et des larmes,
La mort pour celui qui fuit

Mais un jour, dans notre vie,
Le printemps refleurira.
Libre alors, ô ma Patrie,
Je dirai : tu es à moi !

O terre d’allégresse
Où nous pourrons sans cesse
Aimer, aimer !

Leave a Comment

Filed under son

Jeudi en campagnes

Tailler. Couper. Raser. Désherber. Faire propre. Éliminer. Faire joli. Se débarrasser des mauvaises herbes. Des pousses indésirables. Nettoyer. Supprimer. Dans la campagne béarnaise hier après-midi, je me suis rappelé qu’il restait encore beaucoup de travail avant que dimanche, nous retrouvions le goût de chanter.  Barrièresetnuages

Barbelés et nuage

Colzaetfumier

Tas de fumier

croix

Prier et encore prier

Jachèreetcolza

Jachère

 

 

Leave a Comment

Filed under son

L’Académie de Chant Populaire

Ce Bella Ciao interprété par l’Académie de Chant Populaire de Marseille, je l’ai savouré hier-soir à la Friche Belle de Mai où se tenait le Forum du Front de Gauche consacré à la culture, en vue des prochaines élections municipales. Au passage, ce fut le seul débat de la campagne marseillaise sur ce thème, ce qui est tout à l’honneur de Jean-Marc Coppola, Alain Hayot et Agnès Freschel, candidats de la liste Marseille à gauche. Actrices et acteurs de la culture sont venus échanger et parfois confronter leurs idées et leurs propositions avec celles des candidats. La soirée a été ponctuée de très agréables respirations musicales grâce à la chorale créée et dirigée par Alain Aubin, qui fonda l’Académie il y aura bientôt vingt ans.

Alain Aubin est chanteur lyrique, compositeur et maître de choeur. Contre ténor, il s’est produit sur les plus importantes scènes lyriques d’Europe. Vous pouvez découvrir l’étendue de son talent par ici.

Leave a Comment

Filed under son

Les oiseaux sous la pluie

Surpris par la pluie, hier en fin d’après-midi. Vite se mettre à l’abri et se demander comment font les oiseaux pour continuer à chanter ainsi dans le froid…

Leave a Comment

Filed under son

Aqueras Montanhas

Une fête comme les Béarnais en ont le secret hier-soir à Salies. Très conviviale, agrémentée de bonne charcuterie, de bon vin ET de beaux chants. En béarnais bien sûr, ce parler occitan qui résonne fort en moi car je n’oublie pas que de l’autre côté de la France, dans son Haut-Var natal, ma grand-mère Zoé parlait le provençal. Hier-soir, le groupe Esbarrits de Cardesse – près de Monein – avait fait le déplacement jusqu’à la place du Bayaà, la place centrale de Salies-de-Béarn pour accompagner les festaïres. Je me suis régalé. Et j’ai été particulièrement touché par l’interprétation d’Aqueras MontanhasSe canto en Provence, l’un des deux hymnes de l’Occitanie avec La Coupo Santo – donnée par Esbarrits dans la Crypte du Bayaà.

Lorsque résonne Aqueras Montanhas, j’ai à chaque fois une pensée pour Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantiques, maire de Lourdios-Ichère, qui entonna cet hymne dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale un jour de juin 2003, pour réclamer une vrai politique en faveur des zones reculées comme l’est sa vallée. Jean Lassalle poursuit en cet automne son tour de France à pied, entamé en avril à la rencontre des Français, pour qu’ils l’aident « à vaincre l’indifférence du monde qui nous entoure ». Je ne partage pas toujours ses idées politiques mais je lui reconnais un charisme et un courage hors-normes. Et je crois bien n’être pas le seul à admirer le bonhomme.

Aqueras Montanhas (source : l’Ostau Bearnes )

Aqueras montanhas / Ces montagnes
Qui tan hautas son / Qui si hautes sont
M’empèchan de véder / M’empêchent de voir
Mas amors on son. / Où sont mes amours.
Si sabí (on) las véder / Si je savais où les voir
On las rencontrar / Où les rencontrer
Passerí l’aigueta / Je passerais l’eau
Shens paur de’m negar. / Sans peur de me noyer.
Hautas, be’n son hautas ! / Hautes, qu’elles sont hautes !
Mes s’abaisharàn / Mais elles s’abaisseront
E mas amoretas / Et mes amourettes Que pareisheràn. / Apparaîtront.

Si canti jo que canti / Si je chante moi je chante
Canti pas per jo / Je ne chante pas pour moi
Canti per ma mia / Je chante pour ma mie
Qui ei auprès de jo. / Qui est auprès de moi.

Leave a Comment

Filed under son