La Nuit, les sons arrivent de loin

Cette mescle de musiques, je l’ai conçue comme un immense bravo à La Nuit, l‘hebdomadaire digital qui a publié avant-hier son numéro 3. Un désir affiché : réveiller l’étonnement. Un principe : il y a un monde des femmes et des hommes vivants. Une conviction : la culture est une affaire trop sérieuse pour être laissée aux gens cultivés. La profession de foi de ce « journal de voyages dans les émotions du temps présent » : assumer son rôle critique vis à vis de tout ce qui nous gouverne, et pas seulement les politiques : les peurs, la colère, les rancœurs par exemple. Dans La Nuit vous ne trouverez pas de distribution d’étoiles mais de la diversité, de l’émotion, du partage, des découvertes qui viennent de loin, comme ces sons signés King Ayisoba du Ghana, Dengue Dengue Dengue du Pérou , Tamer Abu Ghazaleh d’Égypte, Aryana d’Afghanistan, Favela Trap du Brésil et Buraka Som Sistema du Portugal.

J’ai choisi de m’abonner à La Nuit, d’autant que son parti-pris – zéro publicité – est selon moi – comme c’est le cas de Médiapart – un vrai gage d’indépendance. Un euro par semaine pour un journal de 100 à 150 pages qui donne à écouter, voir, lire, réfléchir, s’émouvoir et partager avec le monde entier, avouez que ça n’est pas le bout du monde.

Leave a Comment

Filed under son

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.