Au Jardin Missak Manouchian

Il veille sur le port et pourtant il lui tourne le dos. Missak Manouchian. Le héros de l’Affiche rouge. J’ignore qui a eu l’idée de ne pas le tourner vers la mer. Cette mer qui vit tant et tant d’Arméniens – entre autres – débarquer un jour pour s’installer à Marseille. La statue du militant et résistant communiste trône dans un petit square qui depuis février 2010 surplombe le Vieux et le nouveau port de Marseille, ainsi que les bassins de la Joliette. Son visage est grave, empreint de tristesse, de courage et de fierté. C’est celui qu’il afficha devant les nazis venus l’arrêter, puis le torturer et le fusiller le 21 février 1944, ainsi que 22 de ses camarades des FTP-MOI (francs-tireurs et partisans – main d’oeuvre immigrée). Ce jardin est fréquenté par les oiseaux. Par quelques sans abri aussi parfois. Je le perçois comme un no man’s land entre le port tout en bas et le boulevard Charles Livon et sa circulation.  C’est un lieu de mémoire que viennent fleurir chaque année une ribambelle d’élus et de Marseillais d’origine arménienne. Je viens souvent m’y recueillir. Je n’oublie pas ceux qui donnèrent leur vie pour combattre contre la barbarie nazie.

Missakdeprofil

Après avoir salué Missak, je suis descendu vers la mer.

soleicou-chant

graf

Le clip « L’Affiche Rouge » de KH et les déserteurs, c’est par ici.

 

1 Comment

Filed under son

One Response to Au Jardin Missak Manouchian

  1. Cher Éric – merci beaucoup pour votre commentaire avril 2014 sur Jardin Missak Manouchian. Je voudrais bien vous demander si vous pouvait me dire quand ce Jardin étais installé. Je me souviens que je le trouvé quand jetais à Marseille la première fois en Juin 1993. À ce temps là il étais seulement un platform avec un pierre tombale à coté et tout les noms inscrit de Manouchian et ses camarades. J’étais beaucoup des années en Marseilles pour attendre un marché/festival du documentaires en Palais Pharo et j’ai visité je Jardin MM chaque fois . J’ai un ami qui est le fils de Solomon Willi Schapiro, un de 22 victimes fusillés, qui habite comme moi à Vienne, Autriche. Je cherchais longtemps sur Manouchian pour écrire un article de memoire, et si vous pouvais me aider cètait très bien. Je trouvé rien dans le Internet sur la histoire de cette Jardin avant la buste de Missak était installé en 2010. Merci beaucoup

Répondre à Helene Maimann Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.