Une promenade au parc d’Inokashira

Profiter de ce samedi pour balader dans cet immense parc de l’ouest de Tokyo. Tenter de lâcher prise. Rêver du printemps. Espérer. Essayer de s’assoupir malgré l’animation dans les allées. Relire Rotsû

Colline de hauts cerisiers-

je vais sommeiller

sur une pierre lisse.

et relire Shiki

Au papillon je propose

d’être mon compagnon

de voyage.

 

Leave a Comment

Filed under son

Sabine Huynh résiste et résistera

Bouleversé par ce texte de Sabine Huynh, publié mardi par Jan Doets sur son site Les Cosaques des Frontières. En dessous du titre – Je résisterai – une photo signée Marc Melki suivie d’une note de Jan en quelques phrases : À l’adolescence, Sabine Huynh s’est retrouvée à la rue, après le divorce de ses parents. Aujourd’hui écrivain, elle évoque pour la première fois cette facette de sa vie dans un texte qu’elle a écrit pour soutenir le travail du photographe Marc Melki, qui s’attache à sensibiliser l’opinion publique sur le sort des sans-abris.

Cette lecture est un petit caillou arc-en-ciel que je sème sur le sentier où cheminent ensemble Sabine, Marc et toutes les personnes indignées par le sort de celles et ceux qui n’ont pas de toit. Pour prolonger, marcher jusqu’au site de Marc Melki Exils intra-muros où il mène campagne pour que toutes le familles et leurs enfants puissent avoir un toit dans notre ville.

Leave a Comment

Filed under son

Le poids du papillon, éprouvé par Erri de Luca

Tout comme Montedidio, j’ai dévoré Le poids du papillon, le conte poétique d’Erri de Luca. Ne suis pas chasseur. Ne suis pas alpiniste. N’empêche, j’ai été bouleversé par ce texte où résonne l’amour de l’écrivain napolitain pour la montagne, ainsi que toute l’admiration qu’il voue au dépassement de soi dont font preuve parfois les humains. Cet extrait raconte la fin de l’histoire de ce roi des chamois et de ce chasseur vieillissant. Une rencontre sur les rivages escarpés de la mort. Je l’ai choisi pour sa beauté, sa poésie et pour ce qu’il dit de la finitude. Celles des rois comme celle des héros.

Leave a Comment

Filed under son

Ai Weiwei et Joan Baez compagnons d’armes

J’ai mêlé leurs voix et leurs mélodies* pour saluer la distinction dont Amnesty International a choisi de les honorer. L’artiste chinois et la chanteuse américaine recevront ensemble le 21 mai prochain à Berlin le prix Ambassadeur de conscience, pour leur combat en faveur des droits de l’homme. J’ai appris la nouvelle ce mardi matin sur Twitter, via le compte d’Amnesty Deutschland @amnesty_de. Désolant de se dire qu’Ai Weiwei ne sera vraisemblablement pas du voyage dans la capitale allemande, assigné à résidence qu’il est à Pékin par les autorités chinoises.

* Ai Weiwei chante Give Tomorrow back to me, l’un des titres de son album The Divine Comedy – Joan Baez reprend Brothers in arms, le standard de Dire Straits.

amnestyaiww

joanamnesty

Leave a Comment

Filed under son

Ce printemps qui ne vient pas

Ne pas se fier aux apparences. L’hiver aux trousses, continuons d’avoir. Les aborigènes humiliés. Erri de Luca hospitalisé. Les baleines massacrées. Chez nous, le bleu foncé et le brun en avancée. D’où qu’elles viennent, les nouvelles nous racontent un hiver qui se prolonge. Ces oiseaux et ce piano, ce serait comme pour croiser les doigts. Comme pour nourrir la petite flamme de l’espoir. En récitant ce haiku de Yosa Buson :

Rien d’autre aujourd’hui

que d’aller dans le printemps

rien de plus.

  Le morceau de piano qui accompagne les oiseaux est l’œuvre de la pianiste japonaise Yuki Murata, membre du groupe Anoice.

Leave a Comment

Filed under son